L’épreuve de l’art contemporain. Vue par Marianne Massin.

Dans son nouveau livre, Marianne Massin nous parle d’art contemporain et du renouveau de l’expérience sensible qu’il impose dans le rapport à l’oeuvre. A lire pour mieux comprendre les nouvelles formes d’art et de création qui défient nos modes de saisie habituels.

Un excellent commentaire sur le site La Vie des Idées, par Catherine Ficheau. A lire en copiant le lien ci dessous dans votre navigateur.
http://www.laviedesidees.fr/L-epreuve-de-l-art-contemporain.html

Marianne Massin, Expérience esthétique et art contemporain, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 164 p., 16€.

My Biblio, les lectures conseillées ce printemps 2014 par Yves Manet.

« Art as an investment » de Mélanie Gerlis, Lund Humphries, 192 pages, date de publication : janvier 2014.

Le marché de l’art fait de plus en plus d’adeptes et voit se multiplier depuis quelques années art advisors, gestionnaires de patrimoine spécialisés mais aussi guides détaillés pour guider les amateurs d’art et collectionneurs en herbe qui souhaitent diversifier leurs placements.

Mais l’art est il un bon investissement ? A cette question, Mélanie Gerlis, spécialiste du Marché de l’Art pour « The Art Newspaper » et ancien conseil chez RLM Finsbury, Société de conseil pour les investisseurs recommande la prudence. Son ouvrage met en parallèle les placements dans l’or, les bijoux, le vin, l’immobilier, les actions, avec les risques et retours sur investissement escomptés. Le jargon du secteur y est décortiqué les segments les plus spéculatifs pointés et les mises en garde contre la perception subjective d’une œuvres multipliées. L’ouvrage souligne aussi la diversité des facettes de ce marché de l’art, qui ne cesse de creuser l’écart entre les « blue chips », ces trophées que les riches collectionneurs s’arrachent et le milieu de gamme. De nombreux paramètres interfèrent dans la cote d’un artiste : expositions de l’artiste, puissance de sa galerie, profil de ses collectionneurs…. L’investissement dans l’art doit d’abord reposer sur une passion pour éviter une déception. Un ouvrage recommandé par Les Echos.

« L’esthétisation du monde » par Gilles Lipovetsky et Jean Serroy. Gallimard, 496 pages, date de publication : 28 mars 2013.

Le capitalisme est une machine de déchéance esthétique et d’enlaidissement du monde. « Si le règne de l’argent et de la cupidité a des effets indéniablement calamiteux sur le plan moral, social et économique, s’interrogent Gilles Lipovetsky et Jean Serroy, en va-t-il de même sur le plan proprement esthétique ? ».

Le boom de l’art contemporain participe de l’esthétisation plus large de l’existence. Difficile d’échapper à l’art actuel tant il s’est infiltré dans tous les recoins de notre vie, des ronds-points aux aéroports jusqu’aux lieux de villégiature les plus huppés comme Gstaad, en Suisse, ou Saint-Tropez (Var). On est à l’ère du tout-contemporain : sacs Vuitton revus et corrigés par le Japonais Takashi Murakami, foulards Hermès à la sauce Daniel Buren.

« Ce qui caractérise l’art contemporain, ce n’est plus la transgression, mais sa mise en conformité avec les réalités du marché mondialisé ». Créant un paysage économique mondial chaotique tout en stylisant l’univers du quotidien, les auteurs démontrent comment le modèle économique fordien aurait laissé la place à un capitalisme de type « artiste ».

Artistes : Entretiens. D’Anne Martin-Fugier, Actes Sud, 320 pages, date de publication : 5 mars 2014.Du même auteur : Galeristes (2010) et Collectionneurs : Entretiens (2012).

Après Galeristes (2010) et Collectionneurs (2012), voici Artistes, qui clôt la trilogie d’Anne Martin-Fugier sur le monde de l’art contemporain en France au début du XXIe siècle et tente de répondre à cette question essentielle : Qu’est-ce qu’être un artiste français à l’époque de la mondialisation ? Pour cette étude, l’auteur a rencontré douze artistes français, vivant en France même si certains passent beaucoup de temps à l’étranger. Toutefois, si le marché mondial de l’art contemporain est euphorique, les artistes français sont trop faiblement reconnus au niveau international, et l’auteur a voulu nous faire partager leur état d’esprit face à la crise économique et au discours sur le déclin français. Comment perçoivent-ils la spectaculaire accélération de la dernière décennie et leur propre situation ?

Ainsi, ces trois ouvrages nous permettent d’affirmer que l’activité créatrice occupe une place de plus en plus importante dans la vie de chacun. Le besoin d’art s’est généralisé. Ce travail auprès des passionnés artistes, galeristes et collectionneurs souligne leur relation étroite et fertile et permet de dresser un panorama attentif du milieu artistique français contemporain et des rapports intimes, parfois complexes, qui existent entre ses différents acteurs. Passionnant…

Tags

Posts liés

Partager

La bibliographie « arty » de Noel 2013

Overdose de dinde et de marrons glacés ? Il y a pourtant tant de bonnes raisons d’aimer Noël !

Pour vous, MY ART SERVICES, société de conseil en acquisition d’œuvres d’art en a sélectionné au moins 5 :

En échos aux expositions du moment, MY ART SERVICES, société de conseil en acquisition d’œuvres d’art vous recommande :

Félix Vallotton – Le feu sous la glace, le Catalogue de l’exposition, édité par la RMN-Grand Palais, Septembre 2013,Marina Ducrey, Guy Cogeval, Katia Poletti, Isabelle Cahn, Naoko Sugiyama, Fleur Roos Rosa de Carvalho, Laurence Madeline.

Georges Braque, le Catalogue de l’exposition, édité par la Rmn – Grand Palais,Septembre 2013, Brigitte Leal.

Zeng Fanzhi, l’icône de l’art contemporain chinois et Poliakoff, un grand moderne abstrait réunis au MAM… Chu Teh-Chun à la Pinacothèque, la Chine et l’Abstraction ont décidément le vent en pompe ! Alors si vous êtes en panne d’idées, MY ART SERVICES, société de conseil en acquisition d’œuvres d’art a sélectionné pour vous un joli clin d’œil à faire à l’art abstrait chinois :

Chu Teh-Chun – Les chemins de l’abstraction, Catalogue de l’exposition Chu Teh-Chun – Les chemins de l’abstraction, Pinacothèque de Paris, 11 octobre 2013 – 16 mars 2014.

A l’instar de nombreux artistes asiatiques, la nature sert de point de départ aux peintures de Chu Teh-Chun. Qu’il s’agisse des montagnes ou des saisons, les couleurs reconstituent les formes du paysage et permettent des variations sur la lumière. Mais cet art abstrait, aussi contemporain soit-il, emprunte également à la tradition et à la calligraphie comme pour nous rappeler que Chu Teh-Chun n’a pas toujours été un peintre dans la lignée de Kandinsky ou de Poliakoff. Avant son arrivée en France dans les années 50, les œuvres sont encore très figuratives et le temps n’est pas si loin où sa famille collectionne les calligraphies. Mais progressivement, ses tableaux deviennent de plus en plus abstraits, tantôt riches en couleur à la manière d’un Maurice Estève, tantôt plus épurés ou autour d’une déclinaison d’une même couleur… A offrir et découvrir !

http://www.boutiquesdemusees.fr/fr/librairie/chu-teh-chun-les-chemins-de-abstraction/6703.html

Après le voyage au pays de l’étrange et du mystère avec Parreno et Huyghe, l’art contemporain n’en finit pas de nous surprendre ! MY ART SERVICES, Société de conseil en acquisition d’œuvres d’art vous recommande deux ouvrages pour mieux comprendre et découvrir l’art contemporain :

Le grand livre de l’art contemporain : 200 artistes expliqués, Edité par Eyrolles, Octobre 2013, Charlotte Bonham-Carter.

Essentiellement multiforme, l’art contemporain est indéfinissable tant les possibilités qu’il offre sont infinies. Ce beau livre, écrit par deux spécialistes du sujet, présente 200 artistes emblématiques qui, de l’après-guerre à nos jours, font l’actualité de la scène artistique mondiale, de Francis Bacon à Jeff Koons, en passant par Lucian Freud, Louise Bourgeois ou Jean-Michel Basquiat.

http://www.boutiquesdemusees.fr/fr/librairie/le-grand-livre-de-art-contemporain-200-artistes-expliques/6596.html

Une autre histoire de l’art : Chefs d’œuvre re(découvertes) du XXeme. Editions La Martiniere,Octobre 2013.

La cartographie de nos admirations esthétiques s’est considérablement modifiée pendant le XXe siècle. Non seulement les créations des temps antérieurs ont été réévaluées, par les artistes et les érudits, mais des territoires nouveaux qui n’appartenaient que très marginalement à la sphère du beau ont été découverts ou annexés par l’œil aventureux de l’époque. Ce livre vous propose à travers des œuvres sélectionnées de redécouvrir ces chefs-d’œuvre liés à la situation intellectuelle française, et inventés par le XXe siècle, qui construisent l’histoire de l’œil moderne… Des arts non occidentaux aux succès de l’archéologie… Des découvertes dues au hasard comme l’Apocalypse d’Angers ou à des circonstances saugrenues à la photographie comme art, l’art brut, etc.

http://www.boutiquesdemusees.fr/fr/librairie/une-autre-histoire-de-art-chefs-oeuvre-re-de decouverts-au-xxe-siecle/6684.html

Et pour aller ENCORE ET TOUJOURS plus loin :

MY ART SERVICES, société de conseil en acquisition d’œuvres d’art et les EDITIONS SOMOGY vous recommandent ce beau livre :

Histoire de l’art chinois au XXe siècle, Editions Somogy, Octobre 2013, Lü Peng.

Écrit par Lü Peng, grand historien d’art, cet ouvrage permet enfin un accès à l’histoire de l’art chinois tout au long du XXe siècle. L’auteur y aborde l’émergence du modernisme chinois non seulement en Chine, à Taïwan et à Hong Kong, mais aussi dans des centres d’art importants comme Paris et Tokyo. Sans précédent en français, troisième édition revue et augmentée en anglais, cet ouvrage guide le lecteur à travers l’évolution d’une culture qui est dorénavant au premier plan de l’innovation contemporaine et postmoderne.

http://www.boutiquesdemusees.fr/fr/librairie/histoire-de-art-chinois-au-xxe-siecle/6515.html

Enfin, pour approfondir vos connaissances en Histoire de l’art et plus particulièrement en art contemporain, une dernière référence, incontournable :

L’art dans le monde de 1960 à nos jours, Editeur Hazan, Septembre 2012, Collection : Histoire de l’art, Philippe Dagen :

1960/2010 : Rédigé par un des plus grands critique d’art et historien de l’art contemporain, professeur à la Sorbonne, Philippe Dagen, ce livre entend décrire et éclairer un demi-siècle dont on postule qu’il a vu, au plan mondial, des transformations profondes des pratiques artistiques et des rapports que les contemporains peuvent entretenir avec les formes de création qui leurs sont contemporaines.

http://www.amazon.fr/Lart-dans-monde-1960-jours/dp/2754104364/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1387389985&sr=1-2&keywords=philippe+dagen

JOYEUX NOEL !!!!!

Pauline L-C pour MY ART SERVICES

 

Tags

Posts liés

Partager

Dans l’intimité du monde des collectionneurs et des galeristes…

Une FIAC euphorique, plus « belle et sexy » que jamais, l’édition 2013 se termine sur un bilan positif.

Un succès unanime grâce à des galeristes et des collectionneurs au rendez-vous.

MY Art Services, société de conseil en acquisition d’œuvres d’art leur rend donc hommage et vous propose de pénétrer dans l’intimité du monde des collectionneurs et des galeristes avec :

Anne Martin-Fugier, Collectionneurs : Entretiens, Paris, Ed. Actes Sud, 2012

A travers les témoignages de quatorze collectionneurs, Anne Martin-Fugier nous invite à pénétrer dans l’univers fascinant et mystérieux des collectionneurs. On saisit en particulier le rôle agissant de l’art vécu au quotidien, de l’intimité avec l’œuvre sur son territoire privé.

II n’y a pas de profil type du collectionneur, sa passion n’est pas nécessairement liée à sa fortune personnelle ou situation sociale. La plupart des interviewés ne sont pas riches, mais acheter de l’art reste leur priorité, une véritable addiction. Passionnant !

Anne Martin-Fugier, Galeristes : Entretiens, Paris, Ed. Actes Sud, 2012

Depuis 1975, cette historienne et passionnée d’art contemporain arpente les galeries pour le plaisir de la découverte. A travers l’itinéraire de onze galeristes, elle nous montre des gens épris d’art, capables de déceler des talents, de soutenir les carrières des artistes et de répondre aux désirs des collectionneurs. Ainsi se dessine une cartographie d’un milieu plutôt taiseux, qui accepte d’entrouvrir les coulisses d’un métier étrange mêlant le goût du risque et de l’aventure artistique.

Le métier de galeriste est aussi passionnant qu’essentiel ! Collectionneur passionné, le galeriste s’engage, prend des risques, comme il doit apprendre à lire l’œuvre de l’artiste et partager sa passion. Pour nous rafraîchir la mémoire, n’oublions pas les témoignages de référence des pères fondateurs, Kahnweiler et Vollard :

“Mes galeries et mes peintres”, Entretiens avec D.H.Kahnweiler et Francis Crémieux, Paris, Gallimard, coll « idées », 1982.

Ces entretiens sont une référence sur la vie artistique de la première moitié du siècle, sur la naissance du cubisme, sur les collectionneurs, les règles du jeu et la condition des peintres. Que de détails à propos de Léger, de Picasso, de Juan Gris…Kahnweiler a commencé par Derain et Braque, qui eut sa première exposition personnelle en novembre 1908 chez lui, et a continué avec Picasso, Laurens, Léger, Juan Gris, Masson. Le récit d’une grande et belle histoire d’un des plus grands des galeristes !

Souvenirs d’un marchand de tableaux, Ambroise Vollard, Albin Michel; Nouvelle Ed (2005).

Ces Souvenirs d’un marchand de tableaux demeurent autant un document irremplaçable sur la naissance de l’art moderne qu’un témoignage unique sur la vie artistique et intellectuelle du début du XXe siècle. Génial précurseur, découvreur de talents, inventeur de «l’artiste moderne», personnage légendaire et pittoresque, le grand marchand d’art Ambroise Vollard (1866-1939) fut également un conteur hors pair. Dans ces souvenirs à bâtons rompus, il retrace son parcours et relate, avec humour et nonchalance, ses rencontres, ses relations avec Manet, le Douanier Rousseau, Degas et Maillol, Renoir ou Rodin, ses conversations avec Mirabeau ou Mallarmé, et les confidences qu’il reçut de ces artistes.

Rédigé par Pauline L-C pour My Art Services

 

 

 

 

Tags

Posts liés

Partager

Revue des deux mondes, Michel Crepu.

Capture d’écran 2013-10-12 à 17.03.53 

 

 

 

Et pourquoi pas un peu de philosophie esthétique ? Avec MICHEL CREPU, directeur de la REVUE DES DEUX MONDES.

L’art, c’est-à-dire ? Dans son collectif de mai 2004, la Revue nous propose un questionnement sur l’art qui entrecroise réflexions et analyses : l’esthétisme de l’art contemporain, l’appropriation des nouveaux médias, l’art contemporain à l’aune de l’art moderne… des entretiens avec Jean-Louis Schefer, Pontus Hulten, Orlan… Fascinant et divinement écrit !

http://www.paris-art.com/editeur-design/revue-des-deux-mondes–l-art-c-est-a-dire-/-collectif/934.html

Hors-série Avril 2011 : Collectionner, vivre avec l’art. Michel Crépu donne ici la parole à quatre grands collectionneurs à l’occasion de l’exposition Dogons au Musée du quai Branly à Paris, en avril 2011. Confidences et entretiens passionnants !

Tags

Posts liés

Partager

Le triple jeu de l’art contemporain, Nathalie Heinich.

Capture d’écran 2013-10-12 à 17.12.43 

 

 

 

L’art contemporain vous dérange, vous déconcerte ? Comprenez-le !

« Le triple jeu de l’art contemporain » de Nathalie Heinich, l’autre grande sociologue française spécialiste de l’art contemporain. Les règles du jeu se définissent ainsi: transgressions des frontières de l’art par les artistes, réactions négatives du public, intégrations par les spécialistes et les musées. Depuis les années 50, les limites de la notion d’œuvre d’art n’ont cessé de s’élargir, à la faveur d’un mouvement conflictuel en forme de surenchère, où s’affrontent des paradigmes artistiques inconciliables. Frontières matérielles du musée, frontières mentales du consensus sur ce qui est ou n’est pas de l’art : c’est en les transgressant que les artistes les révèlent, méthodiquement, et contribuent à les déplacer.

QR Code Business Card Download mp3